Le stress au sein de la population militaire : du stress opérationnel à l’état de stress post traumatique par Humbert Boisseaux (Tome 1, 4, 2013)

Humbert Boisseaux : Professeur agrégé du Val-de-Grâce – Chef du Service de psychiatrie, Hôpital d’Instruction des Armées du Val-de-Grâce, 74 boulevard de Port-Royal, 75230, Paris cedex 5.

Texte paru in Revue Francophone du stress et du trauma, 2010, 10(2).

Résumé : La notion de stress est associée aux contraintes jugées toujours plus importantes de la vie moderne. Dans cette logique, l’événement prend aujourd’hui une place centrale qui tend à faire oublier la question du Sujet. Celle ci apparaît cependant incontournable, notamment lorsque l’individu est confronté par surprise à la question de sa propre mort. Ainsi stress et trauma ne peuvent être inscrits dans un lien de simple continuité.
Ce point est essentiel à prendre en compte lorsqu’il s’agit d’envisager la vaste question du soutien psychologique de personnes particulièrement exposées à des situations potentiellement traumatiques. C’est les cas des militaires lorsqu’ils sont engagés dans des situations de guerre comme c’est le cas aujourd’hui en Afghanistan. Il apparaît alors indispensable de bien différencier le domaine de l’action « psychosociale » qui vise à permettre l’adaptation de l’individu à son environnement et à sa mission et celui de l’action « médicopsychologique », du soin, dès lors notamment que s’exprime un vécu traumatique, mais pas exclusivement. Ainsi, au niveau des armées, il est essentiel que chacun puisse clairement identifier les acteurs au regard de leurs domaines d’actions respectifs.

Abstract : The concept of stress is associated with the constraints considered ever more important in modern life. In this sense, the event now takes a central place that tends to eliminate the question of the Subject. It appear however unavoidable, particularly when the individual is confronted by surprise at the question of his own death. Thus stress and trauma cannot be entered in a single link of continuity. This is essential to take into account when considering the broader question of the psychological support of people particularly exposed to potentially traumatic situations. This is the case when the military are engaged in war situations, as is the case in Afghanistan today. It appears necessary to distinguish the domain of action « Psychosocial », which aims to enable the adaptation of the individual to his environment and his mission and that of action « medicopsychological », of care, particularly when expressed as a traumatic experience, but not exclusively. Thus, in the armies, it is essential that everyone can clearly identify the actors with regard to their respective areas of action.

Les commentaires sont fermés